Alimenter le débat public avec des indicateurs pertinents

L'Observatoire fournit tous les trimestres des indicateurs concernant ...


Lire la suite...

Volume des raccordements sur le marché résidentiel

Par trimestre de 2010 à 2011, en France continentale


Lire la suite...
12
Share

L’actualité du 3ème trimestre 2016 : 2016 s’annonce comme un « petit millésime » en France et un « grand millésime » dans le Monde

 
Avec 110 MW, le volume de raccordement au 3ème trimestre 2016 atteint un niveau particulièrement bas, en baisse par rapport au 2ème trimestre et incomparable par rapport au 3ème trimestre 2015 (en raison du raccordement d’un très grand projet).
 

Ce 3ème trimestre est marqué : 

  • par la baisse du segment des installations domestiques (<9 kW) avec un niveau très faible, sous les 20 MW, alors que le marché oscillait entre 20 et 30 MW par trimestre, cette baisse pouvant s’expliquer également par un plus grand nombre d’installations en autoconsommation sans injection,
  • par une légère hausse du segment des moyennes toitures (9 à 100 kW) qui, depuis son décrochage fin 2015, semble vouloir s’établir entre 15 et 20 MW par trimestre,
  • par une stabilité du segment des grandes toitures (100 à 250 kW), segment où les volumes alloués par les vagues d’appels d’offres restent caractérisés par un taux d’abandon d’environ 40%,
  • par une légère baisse du trimestre, pour les très grandes toitures (250 kW à 1MW), marché assez volatile du fait de la faiblesse des volumes,
  • par une très forte baisse du segment des grandes installations (1 MW et +), s’inscrivant à 55 MW ce trimestre, baisse s’expliquant par des difficultés ou lenteurs administratives qui retardent le raccordement des installations lauréats des appels d’offres CRE 2 et CRE 3.  

La file d’attente repart à la hausse, notamment dans les segments concernés par les appels d’offres (grandes toitures et grandes installations).

Pour l’année 2016, le pessimisme reste de mise, nous espérons que les volumes attendus au 4ème trimestre pour les grandes installations viennent redresser ce « petit » millésime. Nous estimons que le volume raccordé atteindra difficilement 700 MW.

NB : les chiffres de cet Observatoire concernent la France continentale, ils sont légèrement différents des chiffres du CGDD, car l’Observatoire n’a pas accès aux données de raccordement et de file d’attente des entreprises locales de distribution (ELD), ces dernières n’étant pas publiées.


Prévisions de nouvelles installations photovoltaïques raccordées : entre 65 et 73 GW en 2016 (51 GW en 2015)

2016 s’annonce comme un « grand millésime » au niveau mondial, avec une croissance encore plus importante que celle connue en 2015 (+26%). Le marché mondial atteindrait environ 70 GW à fin 2016, contre 51 GWc à fin 2015 (source SolarPowerEurope).
 
Seconde énergie électrique installée dans le Monde en 2015 (en terme de nouvelles capacités installées), comme en 2014 et toujours dominée par l’énergie éolienne.
 
L’électricité photovoltaïque est compétitive dans de nombreux pays, son prix de revient du photovoltaïque est devenu inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables. Cette compétitivité a été largement reconnue dans le cadre de la COP 21.
 


Référence : l’analyse du marché français en 2015

Le niveau de raccordement s’est établi à 853 MW en 2015, en baisse de 4 % par rapport à la puissance raccordée en 2014.

Ce niveau de raccordement est atteint notamment du fait du raccordement d’un très grand projet de 300 MWc, soit 226 MW qui représente le quart de la puissance raccordée en 2015. Le segment des installations d’une puissance supérieure à 1 MW a été ainsi porté à un bon niveau (590 MW), mais cela occulte une baisse forte des autres installations de ce segment. Il a représenté 45% du total des raccordements de 2015, en baisse par rapport à la puissance installée en 2014 sur ce segment de marché. Au fil de l’année 2015, il devient de plus en plus difficile d’identifier l’origine de ces projets : tarif « T5 » de 2012, appel d’offre CRE 1 ou CRE 2. 

L’activité des autres segments (résidentiel et toitures) est faible avec 216 MW de puissance raccordée en 2015 (soit 43% du total), en baisse par rapport à la puissance installée en 2014 sur ce segment de marché. Le segment des moyennes toitures (100 – 250 kW) reste très atone malgré les volumes alloués par les appels d’offres simplifiés, dont l’inefficacité est confirmée par un taux de non-raccordement des projets lauréats de 50%.

20ème édition en téléchargement (2 Mo)