Alimenter le débat public avec des indicateurs pertinents

L'Observatoire fournit tous les trimestres des indicateurs concernant ...


Lire la suite...

Volume des raccordements sur le marché résidentiel

Par trimestre de 2010 à 2011, en France continentale


Lire la suite...
12
Share

Dernière édition de l'Observatoire

La 17ème édition de l’Observatoire à télécharger

 

L’actualité du 4ème trimestre 2015 : un volume de raccordement parmi les plus faibles jamais observés

 

Le niveau de raccordement au 4ème trimestre 2015 tombe à 82 MW, un des volumes les plus bas jamais observé depuis 2010. Il est en très forte baisse par rapport au volume du 3ème trimestre, sachant que ce 3ème trimestre était marqué par le raccordement d’un très grand projet de 226 MW.

Ce 4ème trimestre est marqué :

>  par une certaine stabilité du segment des installations domestiques (<9 kW) avec un niveau restant faible malgré tout ;
> par une forte baisse du segment des installations résidentielles (9 à 100 kW), après un 3ème trimestre en hausse ;
> par des hausses « sporadiques » des segments des moyennes et grandes toitures (100 kW à 1 MW) ;
> par une très forte baisse du segment des grandes installations (1 MW et +), alors qu’il soutenait la dynamique de la filière.

La file d’attente montre un regain de dynamisme  dans tous les segments , la hausse étant plus marquée pour le segment des moyennes toitures (100 – 250 kW).

Les annonces gouvernementales de doublement des volumes des appels d’offres simplifiés et de l’appel d’offres CRE3 redonnent une visibilité à court terme aux entreprises du secteur. Cependant, les professionnels attendent la publication de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie pour recouvrer des perspectives de développement à moyen et long terme.

L’enjeu primordial est celui de la stabilité des volumes et des mécanismes à long terme, notamment pour soutenir l’outil industriel français et les opérateurs dans le développement de projets.

Pour l’année 2015, notre prévision d’un niveau de raccordement de l’ordre de 900 MW était correcte, même nous avons été surpris par la faiblesse de ce dernier trimestre.

Pour l’année 2016, notre prévision est teintée de pessimisme, nous estimons que le volume raccordé atteindra difficilement 700 MW.

 

59 GWc de nouvelles installations photovoltaïques dans le Monde prévues en 2015 (40 GWc en 2014)

Le marché mondial a connu une très forte croissance en 2015 (+34%), il atteindrait près de 59 GWc à fin 2015 (source GTM Research – janvier 2016), quand le marché français approchera 0,9 GWc, ce qui représentera 1,6% du développement mondial.

Première énergie électrique installée dans le Monde en 2014 (en terme de nouvelles capacités installées), elle devrait conserver cette première place en 2015.

L’électricité photovoltaïque est compétitive dans de nombreux pays, son prix de revient du photovoltaïque est devenu inférieur aux autres sources de production d’électricité traditionnelles ou renouvelables. Cette compétitivité a été largement reconnue dans le cadre de la COP 21.

 


Référence : l’analyse du marché français en 2014
Un niveau de raccordement de 885 MW en 2014, qui représente une hausse de 45 % par rapport à la puissance raccordée en 2013 de 610 MW qui était extrêmement décevante (le plus faible niveau depuis 2009).

Ce bon niveau de raccordement en 2014 provient principalement du dynamisme du secteur de puissance supérieure à 1 MW avec une puissance nouvellement raccordée de 536 MW. Ce qui représente 60% du total des raccordements de 2014 et une hausse de 89% par rapport à la puissance installée en 2013 sur ce segment de marché. Ce dynamisme s’explique par un niveau de tarif « T5 » 2011 et 2012 bien dimensionné pour les centrales au sol et aux premières réalisations de l’appel d’offre CRE 1 attribué début août 2012.

L’activité des autres segments (résidentiel et toitures) est faible avec 349 MW de puissance raccordée en 2014 (soit 40% du total et une légère hausse de 8% par rapport à la puissance installée en 2013 sur ce segment de marché). Cette situation s’est détériorée au cours du 4ème trimestre 2014 avec seulement 30% des raccordements pour les centrales d’une puissance inférieure à 1 MW. Ce constat démontre l’incohérence du niveau du tarif T4 et l’inefficacité des procédures d’appel d’offres pour ces projets.

PDF France Territoire Solaire : à télécharger ici